RDC: Les organisations de la société civile du Katanga dénoncent le meurtre de monsieur William TINDWA par l’Entreprise minière TENKE FUNGURUME MINING

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Dans un communiqué de presse conjoint, rendu public le 24 août 2012, le Centre pour la Justice et Réconcialition (CJR), Justicia a.s.b.l, le Centre de Formation pour la Promotion de la Gouvernance minière (CFPG) et l’Observatoire de la Radio activité du Congo (ORC), ONG de défense des droits de l’homme oeuvrant dans la province du Katanga, ont dénoncé le meurtre de monsieur William TINDWA par la société minière Tenke Fungurume Mining S.A.R.L (TFM) en complicité avec les gardes industrielles de la société privée de gardiennage “DELTA PROTECTION”.

En date du 31 juillet 2012, indique le communiqué, alors qu’il se rendait dans un village voisin en passant par les installations de Tenke Fungurume Mining, monsieur TINDWA William, dit MOPAO, âgé de 48 ans et père de 8 enfants, a été appréhendé et interpellé par les éléments de l’un des fournisseurs en service de sécurité notamment DELTA PROTECTION, commis à la surveillance des biens de l’entreprise minière Tenke Fungurume Mining Sarl. De 13h00 à 17h00, ces gardiens l’ont copieusement tabassé sur ordre de M. Durant de nationalité canadienne, responsable à TFM de tous les services de sécurité privés et publics commis à la garde de cette entreprise. Vers 17h00, M. TINDWA perdra connaissance et sera acheminé aux cliniques TFM à Fungurume. Son état de santé s’étant fortement dégradé, la victime sera par la suite transférée à bord d’une ambulance de TFM, à l’insu de sa famille, à la polyclinique Don Bosco à Lubumbashi où il succombera de ses blessures le 04 août 2012.

Concession Tenke Fungurume Mining

Après avoir révoqué M. Durant le 05 août 2012, l’entreprise TFM a usé du trafic d’influence à travers l’autorité provinciale pour amener la famille du disparu à accepter une indemnisation et par conséquent, à renoncer à toute poursuite devant les juridictions compétentes. Aussi, avant même que la lumière ne soit faite sur cette affaire rocambolesque, M. Durant aurait déjà quitté le sol congolais pour son pays d’origine. Acte qualifié par les ONG de défense des droits de l’homme de manoeuvre visant à soustraire de la justice des personnes sur lesquelles pèsent le soupçon de culpabilité. Et, elles rappellent que ce comportement va à l’encontre des Principes 1 et 2 du Pacte mondial des Nations Unies dit «Global compact» qui stipulent que : ” Les entreprises sont invitées à promouvoir et respecter la protection du droit international relatif aux droits de l’homme dans leur sphère d’influence ; et à veiller à ce que leurs propres compagnies ne se rendent pas complices de violations des droits de l’homme “. Et même des Principes volontaires sur la sécurité et les droits de l’homme qui stipulent que : ” (…) la sécurité privée devrait agir de façon légale. Elle devrait manifester une retenue et une prudence conforme aux directives internationales applicables concernant l’utilisation locale de la force, y compris les Principes de base sur le recours à la force (…) “.

Pour les ONG de défense des droits de l’homme, les mauvais traitements ayant causé la mort de M. TINDWA sont assimilables à des actes de torture auxquels les sociétés transnationales et autres entreprises ne devraient pas participer, ni bénéficier indirectement. Par conséquent, elles recommandent au Procureur général de diligenter une enquête aux fins d’engager des poursuites contre les entreprises Tenke Fungurume Mining et Delta Protection, et contre toute personne impliquée dans le meurtre de William TINDWA, et à l’entreprise Tenke Fungurume Mining de s’abstenir de faire entrave à toute enquête judiciaire et d’éviter de recourir au trafic d’influence dans ce dossier. Quant à la Famille de l’infortuné, d’envisager de se constituer partie civile pour amener TFM et Delta Protection en justice afin d’obtenir réparation des préjudices subis à la suite du meurtre de William TINDWA et que les coupables puissent subir la rigueur de la loi.

Rédaction/ArcEnCiel.agence-presse.net

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Une réponse à “RDC: Les organisations de la société civile du Katanga dénoncent le meurtre de monsieur William TINDWA par l’Entreprise minière TENKE FUNGURUME MINING”

  1. A QUI VEUT LE SAVOIR : DECLARATION OFFICIELLE DE LA SOCIETE DELTA PROTECTION.

    La Société DELTA PROTECTION s.p.r.l, fait ici usage, de son droit de réponse à toutes fins utiles pour donner sa version officielle sur l’interpellation de Monsieur Thindwa Kapanda Muvumbi et non Thindwa Kapanda William aux fins d’éviter toutes confusions malheureuses et aussi éviter que le silence de la Société Delta Protection soit assimilé à une quelconque « culpabilité ».
    La Société Delta Protection est une société de droit congolais ayant pour objet social, les services de gardiennage aussi bien auprès des personnes morales qu’aux domiciles de personnes physiques.
    Elle assure en outre le gardiennage auprès de la Monusco et autres organisations Internationales basées en République Démocratique du Congo et ce, depuis plusieurs années sans que l’on déplore aux torts de la société Delta Protection des cas de violations des droits de l’homme par ses clients ou qui que ce soit.
    En effet, en date du 31 juillet 2012, aux environs de 13H15, les deux agents de la société Delta Protection affectés au poste dit la Laverie en sigle « LIP » ont aperçu Monsieur Thindwa Kapanda Muvumbi dans la Concession qui y était entré par un trou sectionné au niveau de la clôture pour aller voler et un de ses complices en dehors de la concession.
    Il n’est pas vrai de dire aujourd’hui que Monsieur Thindwa Kapanda Muvumbi passait dans la concession comme si celle-ci était devenue une servitude.
    Voulant s’approcher de Monsieur Thindwa Kapanda Muvumbi, qui ayant vu arrivé les deux agents Delta, voulait s’enfuir au travers d’un trou sectionné au niveau de la grille servant de clôture de la concession, vont appréhender l’incivique Thindwa Kapanda Muvumbi.
    Lorsque son ami qui était en dehors de la concession constatera que son ami Thindwa Kapanda Muvumbi a été appréhendé par les deux agents Delta, il va faire une offre de 50.000 FC aux agents Delta Protection afin qu’ils libèrent son ami, malheureusement sans succès.
    C’est alors que l’ami de Monsieur Thindwa Kapanda Muvumbi qui était en dehors de la concession prendra fuite et sieur Thindwa Kapanda Muvumbi sera acheminé au bureau du responsable Delta Protection pour son identification et interrogatoire, après en avoir mis au courant le Responsable de la sécurité de la société TFM.
    Au bureau, il sera constaté que Monsieur Thindwa Kapanda Musumbi avait l’œil droit gonflé. A la question lui posé la raison de cette enflure, il dira qu’il était tombe de sa moto la semaine passée. Bien plus, il dira que la situation économique étant devenu difficile, il n’est pas à son premier coup dans la même concession. S’il le fait, c’était pour nourrir ses enfants. Il a demandé d’être relâché sinon, il userait de ses relations pour recouvrir sa liberté.
    Il sera acheminé à toutes fins utiles au centre médical de la société TFM, puis relâché. Arrivé à Lubumbashi quelques jours après, il subira une intervention chirurgicale à l’hôpital DON BOSC, lieu où il décédera.
    Suite à la mort, le substitut du Procureur de la République en poste à Fungurume s’étant saisi d’office pour besoins d’enquêtes, ordonnera la détention d’un agent de la Société Delta qui était encore en poste, le deuxième étant rentré à Lubumbashi le lendemain des faits comme le prévoyait son calendrier de rotation.
    L’agent Delta Protection mis en détention à Fungurume a été transféré pour audition au niveau du parquet de Grande Instance de Kolwezi pour besoin d’enquête.
    Après quelques jours de détention au niveau de parquet de Kolwezi, il a été entendu par le parquet de Kolwezi ainsi que le responsable de la sécurité de Delta Protection. L’agent Delta a été remis en liberté par le Parquet de grande Instance de Kolwezi et le Responsable de la Sécurité Delta est rentre à domicile juste après son audition par le parquet de grande Instance de Kolwezi.
    La Société Delta Protection voudrait profiter de cette opportunité pour souligner que contrairement au soutènement des auteurs de l’article publié, elle ne voit en quoi elle serait responsable de la mort de Monsieur Thindwa Kapanda Muvumbi, car, aucune juridiction de la République n’a établi sa culpabilité.
    Par ailleurs, la société Delta Protection reste sereine et est prête à se défendre devant toute juridiction de la République au cas où elle venait à être convoquée en cas de plainte de la famille, ce qui n’est pas le cas à la date du présent droit de réponse.
    De tout ce qui précède, une question demeure : pourquoi les auteurs de l’article n’ont jamais approché la société Delta Protection pour lui demander sa version des faits ? Pourquoi cette précipitation consistant à faire des affirmations de nature à jeter le discrédit sur une société de droit congolais qui, malgré les difficultés inhérentes à l’environnement macro économique essaie de faire son travail dans le respect les lois de la République.
    Pour terminer, la Société Delta Protection tout en sollicitant la bonne et franche collaboration des structures actives dans la protection des droits de l’homme, recommande à celles-ci une véritable sensibilisation des populations vivant dans les environnements miniers pour une prise de conscience en tant que citoyen de la République, c’est-à-dire, respectant les Lois de la République.
    Encore une fois, c’est ici l’occasion de réitérer toute notre compassion à la famille du défunt, car quoiqu’il en soit la vie humaine est d’or.
    La Direction de la Société Delta Protection.

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>