FRANCE (Présidentielle): François Hollande conforte sa position de favori à l’issue du duel télévisé qui l’a opposé à Nicolas Sarkozy

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

François Hollande et Nicolas Sarkozy se sont affrontés au cours d’un débat télévisé mercredi 2 mai 2012 en perspective du scrutin du 2ème tour de la présidentielle prévu pour ce dimanche 6 mai.

Après un échange particulièrement tendu voire violent, qui a duré près de trois heures du temps, François Hollande qui a fait montre de beaucoup de maîtrise et de calme, a réussi à déstabiliser son adversaire Nicolas Sarkozy, et du coup, a conforté sa position de favori de l’élection présidentielle de mai 2012. Il a, par ailleurs, déjoué tous les pronostics et démenti tous ceux qui disaient qu’il n’avait pas la stature présidentielle.

Pour Françoise Fressoz, éditorialiste au Monde, ” Hollande partait en position de favori, il le reste “. Le débat a été globalement technique. Mais ce qui a le plus frappé, c’est de voir que François Hollande ne s’est jamais laissé dominer par Nicolas Sarkozy. Sur le plan stratégique, M. Hollande avait besoin de montrer qu’il maîtrisait ses dossiers, qu’il avait la stature présidentielle, qu’il pouvait incarner justice et redressement. C’est en fonction de ces trois impératifs qu’il a conduit le débat. A chaque fois que Nicolas Sarkozy essayait de lui asséner un chiffre, il ripostait.

Comme Sarkozy voulait se placer en position du maître par rapport à l’élève, comme l’avait fait Valerie Giscard d’Estaing face à François Mitterand en 1974, M. Hollande a réagi : il a contesté les chiffres et les raisonnements de M. Sarkozy, pour ne pas se laisser piéger. Cela n’a pas forcément donné un débat très compréhensible, mais cela a permis au candidat socialiste de ne jamais se laisser dominer.

M. Sarkozy, lui, s’était fixé comme objectif de ” débusquer ” son adversaire, dont il ne cesse de dénoncer l’art de l’esquive. Il a cherché toutes sortes “d’alliés” pour mettre en difficulté M. Hollande : il est allé chercher Manuel Valls, le directeur de la communication de son rival sur la TVA Sociale, Martine Aubry sur le contrat de génération, il a aussi cité Laurent Fabius … Il voulait vraiment mettre en difficulté M. Hollande sur ses convictions.

Mais il n’a, pense Françoise Fressoz, réussi à le faire que sur la partie immigration lorsqu’ont été évoqués les centres de détentions. M. Hollande a eu du mal à expliquer s’il voulait les maintenir ou en faire une exception. C’est la seule fois où il a été vraiment en difficulté. Mais à chaque étape du débat, M. Sarkozy a utilisé la même technique : essayer de faire apparaître M. Hollande comme une personnalité sans beaucoup de convictions. Il a par exemple essayé sur le nucléaire, mais là, M. Hollande s’est beaucoup mieux défendu. M. Sarkozy ne s’attendait pas à un François Hollande si combatif, il l’avait sous-estimé. Du coup, on a eu l’impression qu’il était beaucoup moins dominateur que d’habitude.

Par ailleurs, M. Hollande a montré qu’il connaissait bien ses dossiers. Il n’a pas donné l’impression qu’il était fondamentalement handicapé par le fait de ne jamais avoir été ministre. Par contre, il a crédibilisé son projet, en jouant sur le côté “justice”, qui était le point faible du bilan de M. Sarkozy. Son credo est d’apaiser la France en la rendant plus juste, et de renvoyer M. Sarkozy à ses peurs. Aussi, il a constamment joué sur le bilan pour atténuer le caractère “Homme d’Etat” de M. Sarkozy. A chaque grand dossier, il a renvoyé à son quinquennat, ou même à dix ans en arrière, quand il était ministre de l’intérieur. Et, c’est en jouant contre ce bilan qu’il est parvenu à dessiner un projet.

De son côté, M. Sarkozy n’a jamais décroché du débat. Mais à un moment, à la fin de l’émission, il a un peu laisser filer les choses. Quand François Hollande répète plus de dix fois ” Moi président de la République “, il aurait pu l’interrompre en disant qu’il ne l’était pas encore, ou en pointant son arrogance. Au contraire, il s’est tu. Il a laissé le candidat socialiste à sa litanie, et on se demande à ce moment du débat s’il ne s’est pas déjà résigné à la transmission du flambeau: c’était très étonnant venant de sa part.

En définitive, on peut parler de match nul. Mais comme M. Hollande partait en position de favori, on peut dire qu’il reste le favori. M. Sarkozy n’est pas parvenu à le déstabiliser, alors que c’était vraiment son objectif de départ.

Pour Jean-Luc Mélenchon, leader du Front de gauche, ” Hollande a plié en quatre Nicolas Sarkozy, qui était fébrile, peu sûr de lui, se prenant les pieds dans le tapis des chiffres, déclamant des absurdités du genre ‘ il y a plus d’immigration illégale que légale ‘, chiffrant à 10% l’augmentation du pouvoir d’achat des fonctionnaires “.

” Je crois que Nicolas Sarkozy a commencé à intérioriser la défaite. Il faisait pitié, il débattait, il trépignait, il s’agitait. On avait le sentiment qu’il perdait pied. Hollande était au niveau du combat et Sarkozy n’y était pas. Ça faisait plaisir de voir Sarkozy se faire plier comme ça. J’aurais aimé le faire moi-même “.

François Bayrou, quant à lui, a annoncé, après avoir suivi le débat entre les deux candidats à la présidentielle de mai 2012, qu’il votera pour François Hollande dimanche lors du second tour de l’élection présidentielle.

Rédaction/ArcEnCiel.agence-presse.net

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Une réponse à “FRANCE (Présidentielle): François Hollande conforte sa position de favori à l’issue du duel télévisé qui l’a opposé à Nicolas Sarkozy”

  1. MIMI 43
    F. Hollande a été excellent et il a montré sa stature de président. Nicolas Sarkozy n’a pas été à la hauteur de ses promesses (encore une fois): il n’a pas écrabouillé François Hollande comme il l’avait clamé. Son attitude (soit il regardait la table devant lui, soit il parlait aux journalistes) montrait clairement qu’il était déstabilisé. C’est François Hollande qui a mené le débat. Bravo !

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>